À propos de nous

Au Canada, tout le monde a droit à un lieu de travail sûr qui offre un traitement équitable à tous - c'est la loi. Malheureusement, le harcèlement sexuel se produit beaucoup trop souvent et a un impact sur la santé, la sécurité et le bien-être des personnes impliquées. Cela peut même miner leur capacité à faire leur travail au mieux de leurs capacités.

Créer et maintenir des «endroits plus sûrs» pour toutes les personnes en milieu de travail est une priorité du gouvernement du Canada et l’objectif de notre projet d’éducation publique de cinq ans pour lutter contre le harcèlement sexuel dans les lieux de travail du Nouveau-Brunswick. Le projet est une collaboration du Service public d’éducation et d’information juridiques du Nouveau-Brunswick (SPEIJ-NB) et de la Commission des droits de la personne du Nouveau-Brunswick (CNBH). Il est financé par le ministère de la Justice du Canada.

Les partenaires du projet ont une longue histoire de promotion de l’accès à la justice et aux droits humains pour tous. Le Service public d’information juridique du Nouveau-Brunswick (SPEIJ-NB), qui joue un rôle de premier plan dans le projet, est un organisme de bienfaisance à but non lucratif dont le mandat au cours des trente dernières années a été de faciliter l’accès au système de justice en développant des -des ressources éducatives linguistiques et des services sur le droit. Ils travaillent en étroite collaboration avec la Commission des droits de la personne du Nouveau-Brunswick (CNBH) qui a été établie en 1967 par le Loi sur les droits de l’homme . La Commission offre aux citoyens un moyen efficace de traiter les plaintes de discrimination, sensibilise le public à ce processus et, surtout, maintient une sensibilisation continue aux effets de l’inégalité et à la nature fondamentale de la diversité et de l’inclusivité.

Le mandat de ce projet est de développer des outils et des ressources qui sont mis gratuitement à la disposition des employeurs, des employés, des professionnels du droit et du grand public pour aider à lutter contre le harcèlement sexuel au travail.

Les résultats de la recherche montrent que les femmes sont les plus susceptibles d’être victimes de harcèlement sexuel, tandis que d’autres populations vulnérables telles que la communauté LGBTQ2S courent également un risque accru d’être harcelées sur le lieu de travail et ailleurs.

Il est important de créer un environnement de travail sûr pour tous tout en accordant une attention particulière aux expériences des travailleurs qui pourraient être doublement défavorisés.

Par exemple, lorsque la victimisation est fondée sur l’identité ou l’expression de genre, elle chevauche souvent d’autres formes de marginalisation fondées sur la race, le handicap, l’âge, la condition sociale, la nationalité, le statut d’immigration, l’origine ethnique, le lieu d’origine, etc.

Ce projet reconnaît l’importance d’identifier une telle intersectionnalité et de traiter le harcèlement de manière holistique, collaborative et tenant compte des traumatismes.

Commencer

Écouter la voix des employés vulnérables

Les résultats de la recherche montrent que les femmes sont les plus susceptibles d’être victimes de harcèlement sexuel, tandis que d’autres populations vulnérables telles que la communauté LGBTQ2S risquent également d’être harcelées sur le lieu de travail et ailleurs.

Nous sommes heureux de partager avec vous les conclusions du rapport de consultation.
X
X